Des chiens dont on ne distingue plus que la silhouette, sont photographiés enfermés.
Dans ces images, la structure des cages prédomine sur le vivant. Le protocole utilisé : frontalité dans la prise de vue, cadrage et distance au sujet identiques, renforce le sentiment d’uniformisation. Le numéro des cages, seul élément de netteté, devient un matricule.